La médiation numérique : origine et enjeux

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Amateurs de musées, châteaux, sites archéologiques et autres institutions culturelles, vous n’avez pas pu passer à côté de la vague de la médiation numérique ! Depuis quelques décennies vos parcours de visite sont jalonnés de tables multitouch, de vidéos animées, de projections lumineuses, de dispositifs audio… quand ce n’est pas une tablette tactile qui vous accompagne tout au long du parcours.
La médiation numérique : origine et enjeux

Ces équipements ont pour objectif d’appuyer la pédagogie à l’œuvre au musée. Par opposition à la médiation culturelle classique, on parle de « médiation numérique ». Cette discipline a vu le jour au début des années 1980 avec les premiers audioguides. Variés, innovants, très souvent ludiques, les outils multimédia s’adressent à tous les publics et s’adaptent à tous types de contenus. Revenons en quelques lignes sur l’origine de cette tendance.

La médiation culturelle, à la rencontre des visiteurs

Avant de parler de médiation numérique, il faut commencer par parler de médiation culturelle. Provenant du latin « medius », le terme de « médiateur » désigne dans le champ de la culture tout ce qui facilite la rencontre entre le visiteur et l’œuvre. Si, pour le philosophe Michel Serres, tout apprentissage consiste à « aller de l’autre côté », on peut dire que la place du médiateur se situe le long du parcours de celui qui apprend. Il accompagne et facilite l’acquisition de savoir, contrairement à l’enseignant qui transmet directement ses connaissances à son élève.

La différence entre enseignement et médiation

Il y a donc une distinction fondamentale à faire entre l’école, lieu d’instruction, et le musée, lieu de savoirs. La différence ? Le plaisir d’apprendre ! La médiation culturelle consiste à donner au visiteur de musée l’envie d’apprendre par lui-même. Les actions de médiation s’articulent donc toujours autour de l’étude des publics, de leurs attentes et de leur plaisir. 

Ce rôle de médiateur peut être endossé par une personne (guide conférencier) ou par des objets (fiches explicatives, maquettes, schémas) destinés à documenter le visiteur pour l’aider à comprendre ce qu’il a sous les yeux. Imagineriez-vous visiter une galerie d’œuvres dénuée de toute explication ?

L’apparition du numérique au musée

Avec l’apparition des nouvelles technologies d’information et de communication, les dispositifs de médiation culturelles se sont progressivement transformés. 

On les classe en deux types : 

  • les outils nomades que le visiteur transporte tout au long de son parcours (applications, visio-guide, audioguide…) ; 
  • les installations fixes in situ (tables tactiles, dispositifs lumineux, projections vidéo…). 

Les contenus varient eux aussi : textes, galeries d’images, enregistrements sonores, projections vidéo, reconstitutions virtuelles, etc. Ils peuvent aussi être équipés d’un plan pour se repérer, de jeux pour animer sa visite, ou encore de carnets de bord virtuel pour garder un souvenir de la visite. 

La médiation numérique : quels enjeux ?

La transition numérique est un enjeu primordial pour les musées et institutions culturelles du XXI° siècle. 

Étroitement liée au développement des nouvelles technologies, la médiation numérique séduit un public de plus en plus jeune, ce qui implique d’adapter les contenus. Le texte n’est plus le média roi dans les espaces de musée. Le multimédia, l’image, l’audio, l’immersif viennent désormais compléter la narration.Ces mutations soulèvent des questionnements fondamentaux :

  • Comment valoriser les collections à travers le numérique ?
  • Comment le numérique peut-il s’adapter au visiteur et servir un discours pédagogique ?
  • Quel sera l’impact sur l’expérience en musée, et sur le secteur plus large du tourisme culturel ?

Et la pédagogie dans tout ça ?

Le musée étant avant tout un lieu d’éducation, la pédagogie s’impose comme un enjeu majeur de la médiation numérique. Les parcours transmédia doivent  être accessibles et proposer un discours cohérent, adapté aux publics et à leurs objectifs d’apprentissage. 

Cette transition numérique concerne aussi les équipes du musée. Les médiateurs et guides conférenciers prennent en main de nouveaux outils pour appuyer leur discours (éclairer une maquette, déclencher une vidéo, la mettre en pause, etc.) et construire leur narration. La question de leur formation s’impose comme un enjeu incontournable du management muséal.

Les outils de médiation numérique sont innovants pour leur plus-value technologique, mais aussi dans leur façon de réinventer l’apprentissage en musée. La diversité des supports médias, des possibilités de médiation et de contenus conduisent à un renouvellement en matière de pédagogie, qu’elle soit ludique, narrative, contemplative…L’innovation muséale doit être avant tout cognitive et pédagogique.

Ces articles pourraient vous intéresser