La méthode interrogative ou maïeutique

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Une méthode pédagogique est le moyen adopté par le formateur pour favoriser l'apprentissage et atteindre un objectif pédagogique. Il en existe cinq principales qui requièrent toutes des moyens de mise en œuvre différents. Parmi elles, la méthode interrogative (aussi appelée méthode maïeutique), qui est souvent combinée à la méthode magistrale, de façon à la rendre plus animée et plus vivante. Découvrons ensemble comment elle fonctionne, quels sont ses avantages, mais aussi ses inconvénients !
nell_methode_interrogative

Qu’est-ce que la méthode interrogative ?

Définition

La méthode interrogative s’appuie sur le principe de la maïeutique socratique, une technique qui consiste à « faire accoucher » l’autre de ses connaissances. Elle consiste donc en un questionnement mené par le formateur dont le but est d’amener les apprenants à construire progressivement leurs propres connaissances par eux-mêmes grâce à la réflexion, au bon sens et au raisonnement induits par ce questionnement. Contrairement à la méthode expositive, la méthode interrogative place ainsi les apprenants dans un rôle actif, et les implique significativement dans le processus d’apprentissage, même si c’est le formateur qui détient le savoir et le savoir-faire.

Comment se déroule un cours fondé sur la méthode interrogative ?

La méthode interrogative peut tout aussi bien être utilisée pour démarrer une séquence qu’en fin de séquence, pour faire un point sur les acquis. Le formateur, dans tous les cas, doit avoir fixé un objectif pédagogique précis, sélectionné un support ou une réflexion de départ et préparé des questions clés. Pendant la séquence :

  • Le formateur annonce le thème et la méthode utilisée, puis met à disposition des apprenants le support ou la réflexion de départ.
  • Un temps d’appropriation et de partage est laissé aux apprenants.
  • Le formateur pose les questions prévues. Elles doivent être brèves, simples et claires.
  • Le formateur recueille les réponses des apprenants. Elles sont reformulées, restructurées et servent de base à d’autres questions. Il est utile de noter par écrit les points clés de ces réponses de façon à compléter la mémorisation auditive par du visuel.
  • Des synthèses intermédiaires peuvent être réalisées, et une synthèse finale retrace le déroulé des échanges et en souligne les points fondamentaux.

Les avantages de la méthode interrogative

La méthode interrogative a pour principal avantage d’impliquer de manière significative les apprenants dans le processus d’apprentissage. Leur rôle actif les motive et les valorise. Par ailleurs, cette méthode favorise la mémorisation, d’une part parce qu’on retient mieux ce que l’on découvre soi-même, et d’autre part parce que la réponse exacte est formulée plusieurs fois (au moins une fois par l’apprenant et une fois par le formateur). Enfin, on peut souligner le fait que le feedback permanent entre l’apprenant et le formateur permet à ce dernier d’avoir une idée précise du niveau d’assimilation des connaissances par le groupe.

Les inconvénients de la méthode interrogative

Si la méthode interrogative, nous l’avons vu, a des avantages non négligeables, elle peut aussi être contraignante sur certains plans, principalement pour le formateur. Il convient dans un premier temps de rappeler que cette méthode ne convient qu’à des groupes restreints d’apprenants (15 à 20 maximum), comme c’est le cas de la méthode démonstrative. Ensuite, elle est particulièrement chronophage, à la fois pour le formateur qui doit fournir un important travail de préparation, et, de manière générale, en termes de temps de cours (environ 50 % en plus par rapport à la méthode magistrale). Le formateur, enfin, est tenu de faire preuve d’une grande rigueur pendant la séquence, à la fois dans la gestion du temps et dans le cadrage du sujet. Il doit aussi être attentif à la distribution équitable de la parole et doit veiller à ce que certains apprenants ne soient pas entravés dans leur participation par la crainte de fournir de mauvaises réponses.

Ces articles pourraient vous intéresser