Classification des compétences

Le terme « compétence » est omniprésent dans le monde du travail : il s’agit d’une des caractéristiques que l’on recherche en premier lieu chez les collaborateurs. Mais comment décrire précisément ces fameuses compétences ? Dans une optique de clarification, plusieurs classifications ont été proposées ces dernières décennies qui, si elles sont différentes les unes des autres, ne s’opposent pas pour autant : elles sont même intrinsèquement liées. Car dans tous les cas, la compétence a un lien avec l’expérience et l’activité.
nell_classification_competences

Savoir / Savoir-faire / Savoir-être

Une des approches fondamentales des sciences et des techniques de la formation propose de classer les compétences selon la trilogie savoir / savoir-faire / savoir-être.

  • Le savoir correspond à ce l’on a acquis par l’apprentissage ou par l’expérience, notamment professionnelle. Cette catégorie peut s’enrichir ou s’éroder au fil du temps.
  • Le savoir-faire désigne une capacité de mise en œuvre pratique des connaissances ou de l’expérience.
  • Le savoir-être regroupe un certain nombre compétences diverses directement rattachées à la personnalité.

La limite de cette approche réside dans la difficulté, dans certains cas de figure, à déterminer où se situe la frontière entre ces différents types de compétences.

Soft skills / Hard skills

Depuis quelques années, on entend de plus en plus fréquemment parler de l’opposition soft skills / hard skills.

 

  • Les soft skills sont les qualités humaines qui reposent principalement sur l’intelligence relationnelle et émotionnelle. Elles s’apparentent en ce sens au savoir-être. De plus en plus valorisées en entreprise, elles comprennent le caractère, le comportement en collectivité, l’esprit critique, la capacité d’écoute ou encore la flexibilité.
  • Les hards skills (parfois appelées « compétences dures »), de leur côté, sont les connaissances techniques ou académiques acquises au cours du parcours scolaire, universitaire ou professionnel. Elles s’apparentent en ce sens au savoir-faire. Facilement identifiables et mesurables, elles ont pendant longtemps été les seules compétences valorisées dans le monde du travail.

 

Dans le cadre d’un recrutement, on cherche aujourd’hui généralement à trouver le bon équilibre entre les soft skills et les hard skills, ce qui s’avère parfois difficile dans la mesure où les soft skills ne sont pas palpables… Mais une chose est sûre : le savoir-être et le savoir-faire sont tous les deux indispensables à la réussite professionnelle.

Compétences métier / Compétences transverses

  • Une compétence métier consiste en un certain nombre de capacités essentielles qui permettent la réalisation de son métier. Elles peuvent être techniques (c’est ce qui correspond aux hard skills) ou plutôt de l’ordre du comportement (ce qui correspond aux soft skills).
  • Le concept de compétence transverse (ou transversale) est né de la difficulté à classifier certaines compétences, comme nous l’avons évoqué plus haut. Elles correspondent à des savoirs, savoir-faire ou savoir-être maîtrisés au sein de plusieurs métiers. On peut citer par exemple des compétences d’organisation, d’animation ou de développement. Les compétences transverses sont elles-mêmes parfois complétées par une hiérarchisation qui distingue, entre autres, l’innovation de la simple application. Caractéristiques des profils dits « agiles », c’est-à-dire capables de s’adapter à différents domaines durant leur carrière, ces compétences sont particulièrement recherchées en entreprise.

Compétences de base / Compétences clés

L’opposition de ces deux notions est principalement liée à des problématiques d’éducation ou de formation, même si la notion de compétences clés est aussi fréquemment utilisée au sein des organisations.

  • Les compétences de base sont les savoirs ou savoir-faire qui entrent en jeu dans la
    plupart des activités de la vie quotidienne sociale, économique et
    professionnelle. On peut les regrouper en trois catégories : la compétence langagière, la compétence mathématique et la compétence cognitive.
  • Les compétences clés sont celles qui doivent être acquise par les jeunes à l’issue de leur scolarité, et par les adultes qui ont des connaissances de base faibles. L’Europe a proposé en 2006 un cadre de référence qui définit 8 compétences clés : la communication en langue maternelle, la communication dans une langue étrangère, la culture mathématique et les compétences de base en sciences et technologies, la culture numérique, le fait d’apprendre à apprendre, les compétences interpersonnelles, interculturelles et les compétences sociales, l’esprit d’entreprise et enfin la sensibilité culturelle.

Ces articles pourraient vous intéresser