Comment être en conformité avec le référentiel RGAA?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
La France compte plus de 5 millions de malentendants, 1,7 million de personnes atteintes d’un trouble de la vision (dont 207 000 aveugles) et près d’un million d’handicapés mentaux. Pour ces personnes, la lisibilité, au sens général du terme, sur le web peut constituer un problème d’ampleur. Le RGAA (Référentiel général d’amélioration de l’accessibilité) découle de l'obligation d'accessibilité imposée par l'article 47 de la loi du 11 février 2005 pour « l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Il vise à rendre les ressources numériques accessibles au plus grand nombre en réduisant ou en supprimant tout obstacle susceptible d’empêcher les utilisateurs d'accéder à des contenus ou d'interagir avec des services. Les normes d’accessibilité du RGAA sont regroupées en 4 principes fondamentaux. Voyons ensemble comment s’y conformer.
nell_conformite_referentiel_RGAA

Rendre le contenu perceptible

Les contenus numériques et les outils doivent être proposés à l’utilisateur de manière à ce qu’il puisse les percevoir. Il s’agit là par exemple de proposer des équivalents textuels à tout contenu non textuel. En outre, afin d’optimiser la lecture, il est recommandé d’utiliser des contrastes suffisants entre le texte et l’arrière-plan. Pour cela, des outils spécifiques existent, comme Colour Contrast Analyser. Autre exemple, les images qui ont un rôle informatif (et qui ne sont donc pas destinées simplement à décorer la page) doivent être équipées de balises ALT descriptives. Enfin, le document doit rester lisible sans perte d’information, même avec la taille du texte augmentée à 200 %.

Rendre le contenu utilisable

Les éléments de l’interface utilisateur et de navigation doivent pouvoir être utilisés par tous. Pour cela, on préconise de prévoir un plan du site (sitemap) de façon à faciliter la navigation. La plupart des CMS proposent les outils nécessaires pour en créer. Par ailleurs, si l’internaute ne peut pas utiliser sa souris, il doit pouvoir visiter le site uniquement via la navigation par tabulation qui lui permet de se déplacer d’élément en élément.

Rendre le contenu compréhensible

Les informations et l’utilisation de l’interface utilisateur doivent être parfaitement compréhensibles. Une couleur ne devrait donc jamais être le seul critère disponible pour comprendre un propos. Dans le cas d’un formulaire, une saisie incorrecte doit être suivie d’une indication de ce qui est attendu dans les champs. On doit également pouvoir comprendre facilement le caractère obligatoire de ces mêmes champs. En outre, avoir un titre unique par page (encadré dans une balise H1) joue considérablement sur la compréhensibilité d’un texte. L’idéal étant même d’éviter toute hiérarchisation des titres (pas de H2, H3, etc.). Enfin, le RGAA permet à l’utilisateur de savoir dans quelle langue les contenus du site sont proposés, et, s’il s’agit d’une langue étrangère, il doit pouvoir bénéficier d’un système d’assistance pour comprendre les messages.

Rendre le contenu robuste

Le contenu doit être imaginé pour être interprété de manière fiable par un grand nombre d’utilisateurs (y compris avec les technologies d’assistance), quel que soit l’outil de navigation et ses évolutions futures. Dans cette optique, le contenu doit être conforme aux règles du W3C, dont le but est de standardiser les langages web pour garantir un maximum de compatibilité entre les sites internet et les navigateurs à travers le monde.

Déclarer son site conforme

Pour déclarer son site conforme, ce dernier doit respecter un ensemble de règles :

  • Le site doit être conforme aux critères applicables du RGAA de niveau de conformité A et AA (sachant qu’il existe aussi un niveau AAA qui contient des recommandations spécifiques à certains types d’utilisateurs mais qui ne sont pas obligatoires) ;
  • Il doit contenir une page d’aide à l’utilisation des composants complexes;
  • Il faut être en mesure de fournir une liste des contenus dérogés et des justifications à ces dérogations ;
  • Une solution d’assistance doit être mise en place pour permettre aux utilisateurs de pallier les difficultés.

Ces articles pourraient vous intéresser