Interview de Anne-Cécile Poilvert, Communication and Marketing Manager chez Rise Up

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Anne-Cécile Poilvert, Communication and Marketing Manager chez Rise Up, a répondu à nos questions sur la plateforme LMS. Découvrez ses réponses....
Blog_Anne-cecile_Poilvert_Rise-up

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Rise Up est une solution de gestion de la formation (LMS) pour les entreprises et les organismes de formation qui simplifie la gestion de tous types de formations, en présentiel, e-learning ou blended learning. Le but de Rise Up est de faciliter, simplifier l’administration et le management de toutes les activités de formation de l’entreprise, de les formaliser et de donner à l’apprenant une expérience de formation à la fois riche, variée et interactive. Il faut que cette formation soit adaptée en fonction des besoins de l’apprenant, qu’elle soit flexible et inédite en termes de formations.

Comment vous est venu l’idée de développer une plateforme LMS ? (ou : qu’est-ce qui vous a poussé à créer votre plateforme LMS ?)

Le produit Rise Up existe depuis cinq ans, depuis que les besoins de formations évoluent. Les compétences sont à renouveler très vite suite à l’accélération des technologies. Les créateurs ont eu l’idée d’inventer un outil qui allait permettre de faire avancer la formation, de la rendre plus adaptée aux besoins actuels. Ils n’ont pas créé un LMS classique. C’est plutôt la naissance d’une solution qui va permettre d’amener à la fois vers la digitalisation et de garder le présentiel. 

Les créateurs ont donc voulu faire un mixte des deux types de formations, c’est-à-dire en intégrant du digital learning ?

Oui voilà, c’est ce que l’on appelle aujourd’hui le blended learning : c’est l’idée qu’on ne peut pas tout digitaliser dans une formation, que les interactions humaines et la notion de présentiel ont toujours leurs places, et qu’on ne doit pas remplacer l’ensemble de la formation présentielle par des modules e-learning. A partir de cette idée, ils ont décidé de faciliter la gestion du présentiel sur la plateforme en organisant des sessions, en envoyant des invitations, en créant des émargements électroniques pour que les administrateurs aient les dates et retrouvent les informations liées à la session présentielle. Ils ont ainsi le même suivi en présentiel et en e-learning. 

Pouvez-vous définir votre plateforme LMS en trois mots ?

Simple, fluide, blended. 

  • Simple car nous voulons vraiment simplifier la gestion des dispositifs de formation qui sont aujourd’hui plus complexes avec la digitalisation. Ce n’est pas toujours facile pour les filiales de gérer la formation des partenaires et des clients avec la création de plateformes secondaires qui vont être rattachées à une plateforme principale. Par exemple, nous avons une plateforme qui va gérer le travail administratif et le suivi. C’est à la fois simplifier l’utilisation de la plateforme pour la structure et pour l’apprenant avec une interface intuitive, facile et agréable. Avec la situation actuelle où apparaissent de nouveaux enjeux, on suit cela de très près pour comprendre les problématiques des clients, pour les aider à être en règle et leur faciliter leur travail sous ces contraintes légales. 
  • Fluide correspond à notre vision de la formation par rapport au travail en entreprise. Il faut intégrer la formation dans le quotidien professionnel. Cela implique pour le collaborateur d’y accéder facilement depuis son poste de travail : accéder facilement aux connaissances et les appliquer une fois acquises de manière tout aussi fluide, quitte à refaire un aller-retour sur la plateforme de formation pour vérifier une information, s’assurer de sa bonne compréhension.
    La condition préalable à tout cela est bien évidemment l’adéquation de la formation au réel besoin en compétences du collaborateur. Nous avons à ce sujet mis en place un système de gestion des compétences pour nous en assurer.
  • Enfin, blended learning car c’est notre posture depuis le départ chez Rise Up. Nous n’avons jamais cru au 100% e-learning sans aucune interaction humaine. Le blended learning c’est un mélange d’une multitude de modalités d’apprentissage au profit de l’efficacité pédagogique. Rise Up les intègre toutes : mobile learning, fast learning, social learning, l’apprentissage entre pairs qui peut aussi être distanciel, en classe virtuelle ou dans l’espace communauté de la plateforme, par exemple.

Quels sont, selon vous, les trois points forts de votre plateforme LMS ?

Alors, je pense que c’est d’abord le fait que sur la gestion du présentiel nous sommes bien plus avancés que les plateformes qui ont récemment développé cette fonctionnalité, c’est quelque chose que nous avons intégré depuis la naissance de Rise Up. Ensuite, le service client car nous prenons vraiment du temps pour comprendre les besoins du client et répondre avec le plus de justesse possible. Une fois que la vente est faite nous suivons l’évolution. Par exemple, quand un client digitalise une partie de la formation, nous évoluons avec lui et nous faisons aussi évaluer la plateforme grâce aux clients testeurs qui vont tester les fonctionnalités et nous faire un retour.

Enfin, nous venons de finaliser notre offre de contenus en intégrant les formations sur étagère de plusieurs partenaires : Xos Learning, Mandarine Academy, Edflex et Lyadis.
Ces formations, associées aux compétences gérées sur la plateforme, nous permet de couvrir 100% du processus de formation.

Qu’est-ce qui différencie votre plateforme LMS des autres plateformes du marché ?

Tout d’abord, la gestion du Blended Learning, intégrée des nos premiers développements.
Puis plusieurs services que nos clients apprécient car ils répondent à un besoin. L’un d’eux est le Data Lab : il génère automatiquement des graphiques de suivi des formations prêts à l’export (complétion des formations, temps de connexion, désengagement etc.). Cela permet d’analyser les formations et de les améliorer. On peut se rendre compte en un coup d’oeil qu’une formation ne répond pas à un réel besoin si les apprenants y passent 10 minutes au lieu d’une heure par exemple.
Si un client veut une analyse plus personnalisée de son activité de formation, comme en tirer un ROI par exemple, on peut croiser ses données internes avec celles dont nous disposons sur la formation et lui faire une analyse sur-mesure.

Quel accompagnement proposez-vous à vos clients ? (prise en main, assistance technique, maintenance…)

La définition du projet se fait avec les consultants commerciaux, nous discutons des besoins de l’entreprise, nous voyons comment nous pouvons y répondre et enfin nous nous accordons le projet. Quand le projet est validé, le client passe dans les mains d’un customer success manager pour le déploiement de la formation et des dispositifs. Nous avons un espace sur notre plateforme LMS qui s’appelle Rise Up Academy qui forme les administrateurs à notre outil avec des vidéos sur comment le prendre en main. Prochainement, il deviendra un espace de formation au digital learning et d’échanges de bonnes pratiques.Et il y a ensuite un système de SAV basé à Paris avec une réponse en cas de problème technique en 10 minutes via un chat.

Quelles sont les évolutions prévues d’ici un an ou deux ? La période particulière que nous vivons actuellement vous amène-t-elle à revoir votre roadmap ?

Après l’intégration de logiciels de création de contenus (Ubicast), l’intégration de formations sur étagère à notre catalogue et le développement de nombreuses fonctionnalités liées à l’expérience apprenant (page communauté, etc.) nous allons continuer en ce sens vers plus de personnalisation de la plateforme pour chaque client, puis vers plus de personnalisation du parcours de formation pour chaque apprenant. Nous avons recruté une UX designer pour pouvoir travailler davantage sur la perception de la plateforme par l’apprenant et intégrer cet élément au centre de tous nos futurs développements. Il s’agit aussi pour nous de recueillir plus d’informations sur nos apprenants et créer une base de connaissances qui servira la personnalisation de l’experience d’apprentissage.

Que conseillez-vous à une personne qui souhaite créer sa première formation en ligne ?

Il faut avoir défini la cible, les objectifs de cette cible et les confronter aux objectifs pédagogiques. Cette réflexion apparaît avant la question du choix de la plateforme. Une fois cela fait, on va sur la plateforme Rise Up et on voit ce qu’on peut digitaliser. Il ne faut surtout pas se précipiter et ne pas tout faire d’un coup. Par exemple, on peut commencer par un sondage à chaud sur la plateforme pour savoir ce que les apprenants ont pensé d’une formation présentielle. On voit comment les gens réagissent et on fait petit à petit des tests : test and learn est le maitre mot en digitalisation de la formation.

Selon vous quelle va être la formation du futur et le rôle des plateformes LMS plus tard ?

Je pense que la plateforme LMS va offrir un service de plus en plus personnalisé à l’apprenant et les développements de l’intelligence artificielle vont permettre d’avoir une compréhension plus précise de l’apprenant par rapport à son parcours, ses objectifs. Nous allons pouvoir ensuite adapter le contenu de plus en plus finement. On va devoir prendre en compte les différences entre un jeune employé et une personne qui est dans l’entreprise depuis vingt ans, les aspirations personnelles de chaque personne et prendre en compte le parcours des employés.

Nous pouvons vous aider à choisir votre plateforme LMS, n’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus !

Le site de Rise Up : ici

Ces articles pourraient vous intéresser