5 bonnes pratiques pour bien écrire pour le web

Aujourd’hui, avec la prépondérance d’Internet, notre façon de rédiger a changé. Les articles (ou toute autre forme d’écrit) destinés au web sont en effet conçus selon des règles et des normes spécifiques dont le respect influe à la fois sur la visibilité du texte mais aussi sur son impact. Voyons ensemble 5 bonnes pratiques de rédaction pour le web.
nell_ecrire_web

1 – Bien écrire pour le web : Identifier le profil de ses lecteurs

Avant de se lancer dans la rédaction d’un contenu, il convient d’avoir bien cerné à qui l’on s’adresse. Il s’agit là d’une question cruciale : le profil du lecteur cible (on l’appelle « persona »), en effet, détermine un certain nombre de critères – parfois même le sujet de l’article. Le type d’informations sélectionnées, le ton ou le style employés dépendent ainsi de la catégorie de personnes qui liront le texte. N’oublions pas que la performance d’un site web découle directement de sa capacité à convaincre l’audience ciblée. Et c’est seulement en s’adressant à un public précis avec les mots qui lui correspondent vraiment qu’il sera possible d’attiser sa curiosité et de le toucher.

2 – Bien écrire pour le web : Construire un plan structuré et cohérent

La rédaction d’un article nécessite d’échafauder en amont une structure claire qui servira de fil conducteur au lecteur. Dans la plupart des cas, celui-ci va consulter l’article non pas pour se divertir mais dans le but de trouver des informations précises sur un sujet, d’où l’importance de lui proposer un contenu bien organisé. On conseille généralement d’opter pour une structure dite de « pyramide inversée » : commencer par les informations essentielles puis entrer dans les détails en apportant des informations secondaires. Par ailleurs, l’utilisation de titres et de sous-titres doit permettre aux internautes de parcourir rapidement l’article et d’en saisir facilement le sens.

3 – Bien écrire pour le web : Orienter la rédaction vers le SEO

L’approche SEO, c’est-à-dire de référencement naturel sur Internet, est indispensable pour un contenu destiné au web. Les spécificités de la lecture en ligne (moins bon confort pour les yeux que le papier, lecteur pressé qui passe d’une page à l’autre…) doivent être prises en
compte : textes très lisibles, style qui invite à poursuivre la lecture. L’utilisation de mots clefs, particulièrement recherchés par les internautes, est un moyen de s’assurer que son contenu sera visible sur Internet. Un maillage interne ou externe au site et l’intégration d’images assorties de légendes sont également un plus. Attention au plagiat, que Google pénalise par un déclassement : une moins bonne position dans ses résultats de recherche.

4 – Bien écrire pour le web : S’assurer de la lisibilité de son contenu

La clarté, nous l’avons vu, est un critère indispensable sur le web. Les textes qui y sont publiés doivent être concis, avec un vocabulaire simple et une mise en page aérée qui facilite la lecture. Par ailleurs, il est nécessaire de faire la chasse aux coquilles et autres maladresses grammaticales qui non seulement nuisent à la clarté générale mais aussi entachent le sérieux de l’article, voire du site dans son ensemble.

5 – Bien écrire pour le web : Illustrer son propos

L’utilisation d’images, quelles qu’elles soient, constitue un vrai plus. Elles permettent de rendre une page plus attractive, d’aérer l’article, ce qui rend la lecture plus agréable, et enfin d’en faciliter la compréhension. L’optimisation SEO des images utilisées, comme c’est le cas pour le texte, est primordiale : l’illustration joue elle-aussi sur le positionnement d’une page dans les moteurs de recherche. Les images ne doivent pas être trop lourdes pour limiter leur temps de chargement, elles doivent être nommées, posséder un titre visible par l’internaute, voire une légende, ainsi qu’une balise alternative (destinée à Google) avec un mot clef.

Ces articles pourraient vous intéresser