Comment concevoir une classe virtuelle ?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
La classe virtuelle reproduit à distance les conditions d’une formation traditionnelle en salle. Il s’agit d’une modalité pédagogique très prisée en formation digitale, notamment parce qu’elle mobilise davantage les apprenants que les modes de formation asynchrone (comme l’e-learning), et favorise l’échange, ce qui aboutit souvent à une meilleure mémorisation de l’information. La classe virtuelle, comme tout cours, nécessite d’être pensée et préparée en amont : pour être efficace, elle ne doit pas laisser de place à l’improvisation. Nous verrons dans cet article les différentes étapes qui jalonnent la conception d’un cours en visioconférence, pour en garantir le bon déroulement, et in fine, le succès.
nell_classe_virtuelle

Définir les objectifs de la classe virtuelle et la positionner au sein du parcours de formation

La première étape de la préparation d’une classe virtuelle consiste à en définir les objectifs, en prenant en compte les avantages de ce type de cours (interactions, possibilité d’échanges en direct avec le formateur, activités de groupe…), dont il faudra tirer parti, mais aussi ses limites (notamment la distance physique qui peut constituer un frein à l’apprentissage pratique).

Une fois que ces objectifs sont clairement établis, on peut positionner la classe virtuelle au sein de la formation, c’est-à-dire décider du ou des moment(s) précis où elle interviendra. Pour rappel, cette modalité s’utilise rarement seule – on l’intègre la plupart du temps dans un parcours caractérisé par une alternance de plusieurs situations de formation. De manière générale, il est bénéfique de favoriser la rencontre et l’échange au début d’une formation, en guise d’entrée en matière, puis si possible de manière régulière au cours du cursus pour l’humaniser et maintenir la motivation du groupe.

Bâtir un scénario pédagogique

La seule définition d’objectifs ne suffit pas à garantir la solidité d’une classe virtuelle : il est nécessaire d’aller plus loin en en bâtissant un scénario précis qui prévoit comment véhiculer les informations le plus clairement possible et de façon suffisamment rythmée pour maintenir l’attention du groupe. Dans ce but, il est notamment recommandé d’avoir recours à une variété de ressources pédagogiques : textes, images, vidéos, animations, liens URL… Le processus de scénarisation, en outre, dépend de l’objectif visé : certaines classes virtuelles ont pour but l’appropriation de connaissances, d’autres sont centrées sur le savoir-faire alors que d’autres encore permettent d’évaluer les apprenants. Il est également nécessaire de prendre en compte le nombre de participants. Un nombre élevé d’apprenants nécessite la plupart du temps, afin que tout le monde puisse participer, de prévoir des interactions écrites, via le tchat, en plus des interactions orales.

Choisir une application pour la classe virtuelle

Différentes applications permettent de donner un cours virtuel, donc un grand nombre sont gratuites. Idéalement, il convient de choisir une application qui, au-delà de son accessibilité et de la garantie de confidentialité des données, offre des fonctionnalités qui permettront d’enrichir significativement la classe virtuelle. Parmi elles, on compte le tableau blanc, où peuvent intervenir simultanément tous les participants, mais aussi la possibilité de charger des fichiers de différents formats, de générer des sondages, de créer des sous-groupes, ou encore d’enregistrer les sessions. Toutes ces fonctionnalités doivent être explorées et exploitées au maximum, idéalement avant même le début de la conception pédagogique.

À noter par ailleurs que les problèmes techniques sont courants en classe virtuelle, et, de manière plus générale, dans la formation à distance. Il convient donc de les anticiper au maximum. Il est envisageable, par exemple, d’envoyer aux participants un petit guide d’utilisation de l’application sélectionnée, de façon à ce qu’ils s’y familiarisent en amont.

Mettre en place des stratégies pour favoriser l’interaction

Une bonne dynamique, que favorise en grande partie la multiplicité des interactions entre les participants, est indispensable à la pleine réussite de la classe virtuelle. Il est possible de prévoir à l’avance des stratégies permettant de favoriser l’interaction. On privilégiera par exemple les activités où les apprenants sont acteurs de la formation, comme les exercices interactifs, les débats, le brainstorming ou les jeux de rôle. Le fait de placer les participants dans différents groupes de travail est aussi un moyen efficace de donner lieu à des échanges et à mobiliser les connaissances et les capacités de chacun. On peut, enfin, imaginer des scénarios pour placer les apprenants en situation réelle.

Ces articles pourraient vous intéresser