Les biais de jugement

Les biais cognitifs, qui se comptent par centaines, sont des mécanismes de pensée généralement inconscients qui altèrent notre jugement et influencent ainsi nos choix. On les classe par types, parmi lesquels figurent les biais de jugement. Comme leur nom l’indique, ceux-ci jouent sur notre façon de juger et d’estimer la valeur d’autrui – un des actes sociaux les plus courants. Ils incluent aussi un traitement systématique de l’information, ce qui peut conduire à des erreurs d’interprétation. S’il existe plusieurs dizaines de biais de jugement, certains, que nous passerons ici en revue, se distinguent comme étant particulièrement récurrents.
nell_biais_de_jugement

Le biais d’auto-complaisance

Il permet à un individu de se croire à l’origine de ses réussites mais jamais de ses échecs, de façon à maintenir une image positive de lui-même. Par exemple, un élève du conservatoire justifiera l’obtention de son diplôme de musique en évoquant son assiduité aux répétitions, alors qu’il expliquera un échec à ce même examen par la sévérité ou par la partialité du jury.

Le biais d’encrage

Il désigne la prépondérance de la première impression dont on ne parvient pas à se départir. Par exemple, si un employé arrive en retard ne serait-ce qu’une seule fois durant sa première semaine dans une entreprise, il risque d’être catalogué comme « celui qui arrive en retard », et ce même s’il est par la suite systématiquement à l’heure.

Le biais de confirmation

Le biais de confirmation consiste à privilégier les informations qui confirment ses hypothèses ou idées préconçues ou à déconsidérer celles qui jouent en défaveur de ses conceptions. Ainsi, une personne opposée à la vaccination préfèrera consulter des sources qui prônent les médecines alternatives au détriment de la science afin de confirmer son point de vue.

L’effet de halo

Aussi appelé effet de notoriété, ce biais consiste en une interprétation et une perception sélective d’informations allant dans le sens d’une première impression. Une caractéristique que l’on considère positive chez une personne aura tendance à rendre plus positives ses autres caractéristiques, même sans qu’on les connaisse. Par exemple, si on rencontre quelqu’un qui se présente comme étant chirurgien, la mention de sa profession pourra évoquer un sentiment positif (longues études, métier difficile, responsabilité…) et déteindra positivement sur l’image générale de cette personne.

L’effet d’ambiguïté

L’effet d’ambiguïté peut intervenir lors d’une prise de décision affectée par un manque d’informations : il désigne la tendance à choisir une option pour laquelle la probabilité d’une issue favorable est connue plutôt qu’une autre pour laquelle cette probabilité n’est pas connue. Les solutions présentant des résultats incertains sont ainsi écartées. Ce biais a pour conséquence de rendre les individus réticents à l’idée d’essayer de nouvelles choses.

Le biais rétrospectif

La distorsion rétrospective est la tendance à rationaliser un événement imprévu a posteriori. On le considère après coup comme plus probable ou prévisible (moyennant dans certains cas davantage de clairvoyance) qu’il n’était avant sa survenue. Ainsi, lorsque l’on décide d’acheter une action en bourse et que cet achat se traduit ensuite par des bénéfices concrets, la décision d’achat semblera évidente a posteriori et l’on se félicitera d’avoir su identifier cette occasion.

La loi de l’instrument

Cette loi décrit la confiance excessive qu’on peut avoir en un outil spécifique : une façon de choisir des axes d’analyse en fonction seulement des ressources dont nous disposons, en ignorant ou en sous-évaluant les approches alternatives. La loi de l’instrument ne s’applique pas qu’au choix de nos outils de bricolage : on la retrouve dans des domaines variés. En médecine par exemple, il fut un temps où seuls deux médicaments à action antipsychotique existaient. D’autres maladies mentales aux mécanismes différents ont alors été considérées comme éligibles à ces traitements alors qu’elles auraient en réalité nécessité d’être prises en charge autrement, en fonction de leurs caractéristiques propres.

Ces articles pourraient vous intéresser