Qu’est-ce qu’une compétence ?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Être compétent – nous y aspirons tous. Mais savons-nous réellement ce qu’englobe la notion de compétence ? Une compétence est-elle restreinte au monde du travail ? Est-elle uniquement liée à un apprentissage ? Existe-t-il différents types de compétences ? Voici quelques éléments de réponse.
Compétence

C'est quoi une compétence ?

Savoir, savoir-faire et savoir-être, les nouvelles compétences ?

Une compétence résulte d’une combinaison d’un ensemble de savoirs, savoir-faire et savoir-être qui permettent d’agir de manière adaptée en situation d’exécution. Il s’agit donc d’un savoir-faire opérationnel validé – il est évaluable. Cette capacité à mobiliser ses ressources ne doit pas être confondue avec la connaissance, qui, elle, est un ensemble d’informations stockées par le biais de l’​expérience ou de l’apprentissage et qui ne comprend donc pas la mise en pratique.

Prenons un exemple : un plombier compétent est une personne qui non seulement connaît les outils et matériaux nécessaires à ce domaine d’activité, tout comme les fondamentaux de chimie, entres autres, mais qui aussi sait mettre ses connaissances en application en s’adaptant à chaque situation différente. En outre, il doit être capable de faire preuve d’écoute et de courtoisie à l’égard de ses clients, ces qualités faisant partie intégrante de la bonne pratique de n’importe quel métier de contact.

Comment s’acquiert une compétence ?

Une compétence s’acquiert à la fois par un apprentissage formel – par exemple par le biais d’une formation – et par la pratique (que peut aussi offrir une formation, grâce à des stages). Cette notion n’est pas réservée au monde du travail. Elle est aussi utilisée, depuis une vingtaine d’années, dans l’enseignement, dès l’école primaire. L’accès du jeune enfant à des compétences est un moyen pour lui de construire une autonomie cognitive qui lui permettra d’utiliser de manière efficace ses acquis dans sa future vie personnelle, professionnelle et citoyenne.

Les différents types de compétences

Il existe de nombreux classements, élaborés au fil des années, des différentes compétences.

Le découpage des compétences de Elihu Katz

Le sociologue américain Elihu Katz, dans un article publié en 1974 dans la Harvard Business Review, distingue, par un découpage classique, trois types de compétences :

  • les compétences conceptuelles (analyser, comprendre, agir de manière systémique) ;
  • les compétences techniques (méthodes, processus, procédures, techniques d’une spécialité) ;
  • les compétences humaines (dans les relations intra et interpersonnelles).

Les 6 types de compétences selon Guy le Boterf

De son côté, Guy le Boterf, un universitaire canadien qui lui aussi s’est intéressé à la question, en distingue six types :

  • savoirs théoriques (savoir comprendre, savoir interpréter),
  • savoirs procéduraux (savoir comment procéder),
  • savoir-faire procéduraux (savoir procéder, savoir opérer),
  • savoir-faire expérientiels (savoir y faire, savoir se conduire),
  • savoir-faire sociaux (savoir se comporter, savoir se conduire),
  • savoir-faire cognitifs (savoir traiter de l’information, savoir raisonner, savoir nommer ce que l’on fait, savoir apprendre).

Soft skills vs. hard skills

Bien d’autres découpages existent. De nos jours, dans le monde professionnel, on tend à classer les compétences simplement en deux catégories : les soft skills et les hard skills.

Les soft skills désignent des compétences non techniques : principalement du savoir-être et des qualités humaines : autonomie, capacité d’adaptation, créativité, esprit d’équipe, esprit critique, intelligence émotionnelle… Pendant longtemps sous-estimées, ces compétences sont de plus en plus recherchées en entreprise.

Les hard skills, de leur côté, désignent les compétences techniques qui sont principalement liées au savoir-faire. Facilement identifiables et mesurables (grâce notamment aux diplômes et à l’expérience professionnelle), elles peuvent être apprises et transmises. Ce sont encore les atouts les plus valorisés dans le cadre d’un recrutement, même s’ils ne sont plus suffisants pour garantir une embauche.

À noter que l’on fait parfois référence, dans le monde professionnel, à une troisième catégorie transversale qui regroupe les compétences de base, le minimum requis pour pouvoir travailler en entreprise : savoir utiliser son ordinateur, écrire des e-mails, être ponctuel…

Impact de la compétence sur les dispositifs de formation

Les définitions proposées pour la notion de compétence portent toutes en germe des questions relatives à la formation. En effet, dans la majorité des cas, la compétence est intrinsèquement liée à l’expérience et à l’activité, même si la théorie a parfois aussi un rôle à jouer. Les notions d’environnement, de contexte et de situation sont ainsi indispensables à au développement de compétences. Alors, comment la formation, souvent basée sur un modèle scolaire, peut-elle prendre en compte ce lien ? Cette question se pose d’autant plus depuis l’avènement des technologies de l’information et de la communication qui ont fait surgir, de manière générale (et notamment dans le monde du travail) des pratiques radicalement nouvelles ayant abouti à une redécouverte des processus d’apprentissage. Cela participe également au fait que la formation, réinterrogée dans ses principes et jusque dans ses fondements, soit en pleine mutation.

Ces articles pourraient vous intéresser