Le blended learning prend de l’essor…

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Avec la crise du Covid-19, on entend de plus en plus parler du blended learning. Mais est-ce la seule raison qui explique sa popularité ? Est-ce un simple effet de mode ou une pratique qui va rester dans le temps ?
Scénarisez_blended_learning

Le blended learning n’est pas nouveau…

Le blended learning, ou formation mixte, est un type de formation qui mixe deux modalités d’apprentissage : le présentiel et l’e-learning. L’apprenant peut donc suivre des modules sur un support digital (ordinateur, tablette, téléphone) et être présent dans une salle avec un formateur. Avec l’essor des nouvelles technologies, cette pratique s’est petit à petit immiscée dans les formations. 

Au fur et à mesure, l’apprentissage mixte a su conquérir les apprenants et les entreprises qui voient les avantages que cela apporte : flexibilité, personnalisation, dynamisation de l’apprentissage… la liste est longue sur les apports !

Cependant, le blended learning n’a cessé d’évoluer…

Avec les technologies qui sont devenues indispensables à notre quotidien, les types de supports se sont développés. Aujourd’hui, un apprenant peut suivre une formation sur son PC, sa tablette ou encore son téléphone.

Et les pratiques ont évolué pour s’adapter aux nouveaux usages. Un apprenant qui vient pour une formation, sera sûrement évalué sur ordinateur, participera à des jeux sur mobiles et reprendra ses cours chez lui sur sa tablette pour comprendre ces acquis. La formation ne s’arrête plus aux frontières de la salle classique mais accompagne le salarié pour une plus grande liberté d’apprentissage.

Quelles sont les raisons de son essor ?

Nous avons parlé de certains avantages plus hauts (vous pouvez aussi consulter notre article consacré aux avantages du blended learning). Mais ce qu’il faut surtout retenir, c’est que cette solution de formation combine les contenus théoriques et pratiques. Les contenus théoriques sont plus facilement mémorisables lorsque les apprenants sont avec le formateur en salle qui prend le temps de leur expliquer, d’échanger… alors que les contenus pratiques peuvent être transmis par le digital en apportant une dimension ludique.

Mais c’est aussi la crise du Covid-19 qui a accéléré la progression de ce type de formation. Avec le confinement, les formations digitales ont continué à faire leur chemin, notamment grâce au gouvernement qui a investi pour que les salariés se forment. Avec le déconfinement, la question sur le présentiel et le digital s’est donc posée. Comment garder les aspects indispensables du présentiel tout en s’assurant que la formation peut être suivie en cas de nouvelle vague de l’épidémie ? Les organismes de formation et les écoles se tournent alors vers le blended learning pour assurer, quoi qu’il arrive, une formation de qualité pour leurs élèves qui attendent un service à la hauteur du budget alloué.

Est-ce une « mode » ou une pratique qui va durer ?

Ce que l’on peut déjà dire, c’est que ce type de formation prend de plus en plus d’ampleur et que la crise a accéléré sa popularité.

Sans trop nous avancer, nous pouvons supposer que cette pratique comporte de nombreux avantages qui motivent les entreprises à proposer des formations mixtes et qui dynamisent les apprentissages.

Cependant, il y a des bonnes pratiques à avoir pour éviter l’effet « Power point » qui semblent moins attractifs. Le mix des supports est réfléchi et s’insère dans une logique d’ingénierie de formation. Par exemple, l’attrait graphique et le temps accordé aux modules sont à réfléchir et à préparer bien en amont.

Découvrez nos exemples de blended learning

Ces articles pourraient vous intéresser