Interview de Geoffroy De Lestrange, Product Marketing & Communication Director EMEA chez Cornerstone

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Geoffroy De Lestrange, Product Marketing & Communication Director EMEA chez Cornerstone, a répondu à nos questions. Découvrez ces réponses sur la plateforme LMS : nouvelles fonctionnalités, réorganisation post-covid...
Thomas De Praetere Dokeos

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Geoffroy De Lestrange. Je suis Product Marketing & Communication Director EMEA chez Cornerstone, où je travaille depuis sept ans. Je m’occupe de tout ce qui est message produit pour l’Europe.

Cornerstone existe depuis 20 ans. Nous venons de racheter notre concurrent SABA. Cela veut dire qu’à partir de maintenant sur nos plateformes, nous avons plus de 70 millions d’utilisateurs. On est clairement, et de très loin, le premier éditeur de LMS au monde. Nous avons également plus de sept mille entreprises clientes. Tout cela fait de nous l’acteur incontournable sur le marché.

Pouvez-vous définir votre plateforme en trois mots ?

La philosophie/vision de l’entreprise est surtout centrée sur le développement des compétences qui est au cœur de la stratégie des entreprises. L’enjeu est de bien anticiper les futurs besoins et de les développer. C’est ce qui permettra aux entreprises de réussir. 

Chez Cornerstone, nous prenons à la fois le point de vue de l’entreprise mais aussi celui des utilisateurs.

Du point de vue de l’entreprise, nous aurons les fonctionnalités classiques d’une plateforme LMS robuste avec gestion de process qui peuvent être parfois très complexes. Si vous êtes dans un secteur réglementé (l’industrie pharmaceutique ou la banque par exemple), les process de conformité sont à la fois absolument essentiels et souvent compliqués. 

Du point de vue apprenant, nous allons développer un certain nombre de fonctionnalités qui vont se baser sur l’algorithme d’intelligence artificielle, de la recommandation prédictive et notamment, depuis le rachat en janvier dernier de Clustree, de l’analyse des compétences. Nous avons prévu de faire le lien entre l’analyse prédictive des compétences des collaborateurs, les postes qu’ils occupent et les contenus de formations que nous allons pouvoir leur proposer. Si la suggestion de contenus sur base de l’IA est intégrée depuis plusieurs années, l’intégration de Clustree nous permet d’inclure la gestion des compétences, en utilisant à la fois leurs algorithmes et une taxonomie de plus de 50000 compétences référencées.

Le troisième angle essentiel est relatif aux contenus de formation. Nous proposons une bibliothèque de contenus de formation autour de quatre sujets : compétences professionnelles (gérer un conflit, gérer son temps, apprendre les bases d’excel…), conformités, compétences de leadership et gestion du travail à distance. Ces contenus sont disponibles en plusieurs langues et sont créés par des réseaux de partenaires comme Ted talks, CEGOS, ENI… Nous créons aussi nous-mêmes des micro-formations sur des sujets variés, comme l’intégration des nouvelles générations sur le marché du travail.

Quels sont, selon vous, les trois points forts de votre plateforme ?

Les points forts de notre plateforme sont :

  • La richesse fonctionnelle : le client choisit les fonctions qu’il souhaite,
  • La fiabilité et la sécurité : les données sont entièrement sécurisées (norme ISO 27701), hébergées en Europe et cryptées,
  • La vision talent : l’expérience collaborateur est améliorée grâce aux fonctionnalités de gestion de carrière. Au-delà du développement d’une compétence à un moment donné, il faut proposer au collaborateur une vision long terme. Si un poste l’intéresse, des formations vont être proposées pour accéder à ce poste.

Qu’est-ce qui différencie votre plateforme des autres plateformes du marché ?

Nous parlions précédemment de la vision talent. Notre point de différenciation est justement ce point natif de gestion des compétences qui va permettre d’augmenter le retour sur investissement de la formation (ROI) et proposer une vision long terme de la gestion des talents. Si je forme mes collaborateurs, c’est pour augmenter leur productivité. Pour définir si leur productivité est en hausse, je dois les évaluer. Et cette évaluation permettra aux employeurs de proposer des évolutions internes aux salariés. Et si je fais bouger les salariés en interne, j’ai également besoin d’avoir une plateforme qui permet de gérer les données et les recrutements. Cornerstone propose une solution complète qui englobe toutes ces fonctionnalités.

Quel accompagnement proposez-vous à vos clients ?

Tout d’abord, pour l’implémentation, nous travaillons avec des partenaires qui accompagnent nos clients. Ils sont certifiés et eux-mêmes évalués. Selon la complexité du projet, la durée de      l’implémentation va être différente.

Ensuite, pendant la durée de la relation entre Cornerstone et le client, le client est accompagné. C’est-à-dire que nous avons un niveau de service qui me permet d’avoir accès à tout un tas d’informations et de mener des points réguliers entre le client et nos services. Il peut, suivant le niveau de service, avoir accès à des personnes qui vont l’aider à utiliser au mieux sa plateforme.

Et puis, au-delà des différents niveaux de supports habituels, nous proposons des groupes utilisateurs et des événements dédiés, comme notre conférence Convergence en septembre, qui sera évidemment digitale cette année. Il faut savoir que la France est un des principaux marchés mondiaux de Cornerstone. De ce fait, nous avons beaucoup investi sur le marché français, notamment sur l’accompagnement des clients et sur la traduction des informations. Et si les utilisateurs parlent une autre langue, notre plateforme est disponible en quarante-trois langues. On peut accompagner, évidemment, des sujets internationaux.

Enfin, comme c’est du SAAS, nous faisons quatre mises à jour par an. Le client bénéficie ainsi régulièrement d’innovations qui sont incluses dans son abonnement.

Quelles sont les évolutions prévues d’ici un an ou deux ?

Nous avons régulièrement de nouvelles évolutions. Comme je le disais tout à l’heure, le rachat de Clustree nous permet de considérablement développer les fonctionnalités autour de la gestion des compétences  avec possibilité de reconnaissance de savoir-faire et de suggestion de formation pour les optimiser.

Nous avons également régulièrement des innovations, des mises à jour. Notamment, un nouveau module en nommé Cornerstone développement Development, centré sur l’expérience apprenant, qui peut aussi inclure des recommandations potentielles de formations externes. Par exemple, les formations issues du web. 

La période particulière que nous vivons actuellement vous amène-t-elle à revoir votre roadmap ?

La période particulière nous amène forcément à revoir la road map. Nous avons lancé par exemple une offre de contenus gratuits à la  disposition de nos clients mais aussi du grand public. Cette plateforme accessible à tous, vous permet de retrouver des informations sur des thèmes tels que le coronavirus, la gestion du stress ou la gestion du travail à distance. Sur ce dernier sujet du travail à distance, nos clients nous ont demandé d’aller beaucoup plus loin. Nous avons donc lancé, au sein de notre offre de contenus Content Anytime, une bibliothèque dédiée sur ce thème pour les aider à gérer cette nouvelle configuration de travail.

Par ailleurs, nous avons des fonctionnalités qui existent déjà mais que nous allons continuer à développer comme par exemple, celle que nous appelons “check-in”. Celle-ci permet de configurer des points réguliers entre un manager et un collaborateur mais de façon accompagnée. Donc l’idée, c’est que ce ne soit pas quelque chose de lourd et pénible comme un entretien annuel par exemple, mais plutôt un point où on va pouvoir faire le lien entre les objectifs et les tâches. C’est une aide pour les managers qui souhaitent avoir des conversations enrichies. Nous y incluons désormais des suggestions de contenus de formation pour transformer un point régulier entre un manager et un collaborateur en une occasion de développement supplémentaire.

Que conseillez-vous à une personne qui souhaite créer sa première formation en ligne ?

Cela dépend du contexte. Pour nous, l’idée c’est d’offrir une panoplie de possibilités. Si je suis un employé, on peut me conseiller des formations qui peuvent être créées en interne ou achetées à l’extérieur. Par exemple, pour une formation sur la prise de poste de manager ou encore une formation sur comment gérer une situation de conflit entre collaborateurs, nous n’avons pas besoin de la créer nous-mêmes, autant l’acheter en externe. Il y a des éditeurs d’excellent niveau qui vont le faire et nous en proposons dans notre bibliothèque. Mais ce qui peut être intéressant pour l’entreprise c’est de se dire : « Qui fait quoi ? Qui connait quoi ? » ; Et de faire appel aux experts internes pour créer des contenus de formation sur les produits d’entreprise, sur les processus de l’entreprise, etc. Et donc d’avoir un outil de création de contenus qui soit simple d’utilisation. 

Nous avons sur la plateforme, un logiciel de création de contenus qui est très simple. Parfois aussi, une captation vidéo peut suffire, comme lorsqu’on filme un ouvrier spécialisé lors de l’utilisation d’un outil spécifique, générant ainsi un contenu de formation. Maintenant, si je veux montrer un processus interne, je peux créer mon petit contenu de mon module avec l’outil auteur de Cornerstone et je le mets à disposition simplement. Il s’agit d’abord de se poser la question de la finalité : « qu’est-ce que je veux faire ? Quel est le meilleur moyen de transmettre le savoir ? ». Parfois, il suffit d’un document d’une page et parfois, une vidéo sera plus appropriée ou un module e-learning avec un quiz sera plus parlant.

Selon vous, quelle va être la formation du futur ? Et quel sera le rôle des plateformes LMS à l'avenir ?

La première innovation sera, que pour tous les besoins immédiats, la formation va se fondre dans le travail. Nous travaillons beaucoup sur cet aspect qui est de se former dans le flux de travail. Par exemple, je suis un commercial et je passe ma vie sur un outil comme Sales Force. Eh bien, quand j’ai besoin de me former, il faut que cet outil de formation paraisse dans cette plateforme. Même si derrière, c’est Cornerstone qui fournit la technologie de formation. Un autre exemple, si je suis développeur informatique et que j’utilise Slack, on doit pouvoir me conseiller de la formation et du contenu dans Slack. Cette fonctionnalité est disponible chez Cornerstone et nous pouvons intégrer les formations dans d’autres outils. 

Mais, il faut aussi que cela marche dans la vie réelle. Par exemple, je pose une question un peu compliquée à quelqu’un qui me montre comment fonctionne un outil, et bien après je dois pouvoir enregistrer cela comme une formation. Ou la personne qui m’a formée, peut elle aussi, enregistrer cette information sur la plateforme LMS. Ainsi, je garde trace du fait qu’une personne ait été formée efficacement, même de façon informelle. Tous ces exemples montrent que la formation s’intègre dans le flux du travail. 

La deuxième grande tendance, c’est l’automatisation des contenus pour les collaborateurs. Je dois pouvoir choisir comment me former, et identifier quelles formations sont intéressantes pour mon profil. Tout cela va pouvoir se faire grâce à l’intelligence artificielle qui va me proposer, selon mon profil apprenant, les meilleurs choix pour évoluer. Nous proposons ceci depuis plusieurs années déjà, mais l’intégration de Clustree déjà évoquée nous permet d’ajouter la dimension des compétences pour une personnalisation toujours plus ciblée.

Ces articles pourraient vous intéresser