Quelles sont les 5 étapes dans le processus de Design Thinking ?

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Dans un précédent article, nous avons défini les bases du Design Thinking. Pour résumer, le Design Thinking est un processus de co-création qui a pour but de trouver une solution à une problématique. Il faut garder en tête que l’innovation est au cœur de la démarche...
Digital learning

L’idée du Design Thinking est apparue dans les années 80. Depuis, de nombreux experts ont transmis les étapes qui leur ont semblé essentielles. Dans cet article, nous allons surtout prendre pour référence les étapes de la d.school de Stanford car c’est la référence la plus couramment utilisée.

Schéma design thinking
Les étapes de la d.school de Stanford

L'empathie

La première phase qui est importante est de se mettre à la place de l’utilisateur futur qui va utiliser votre solution innovante.

Cette notion d’empathie est intéressante car la notion d’humain est intégrée. Après tout, cette solution est faite pour et par votre futur utilisateur. 

Dans cette phase, il faut récolter les informations sur :

  • son mode de vie (do)
  • ses pensées (think)
  • ses sentiments (feel)
  • son avis (say)

Pour cela, les techniques les plus utilisées sont les questionnaires en ligne qui ont l’avantage d’avoir un grand nombre de répondants. On peut également insérer les questions que l’on souhaite en utilisant la méthode de “l’entonnoir” (de la question la plus générale, à celle plus poussée). 

L’autre technique est d’être en immersion complète dans l’environnement qui vous intéresse pour comprendre les besoins de votre cible. Par exemple, vous pouvez faire une journée en immersion dans votre entreprise pour le métier qui vous intéresse si jamais vous vous adressez en interne à une cible particulière. Cette technique peut être efficace pour certain projets et vous verrez directement les problématiques en étant en contact direct avec les protagonistes.

Enfin, la technique la plus simple reste de créer des “persona”. Ces persona sont des fiches d’utilisateurs types avec : leur identité, leurs attentes, leurs blocages etc. Cette solution est la plus simple et la plus rapide à mettre en place mais demande un niveau d’empathie plus important et pose des limites sur la compréhension réelle des besoins utilisateurs.

La définition de la problématique

Définir le problème est le moyen le plus sûr de créer la meilleure solution. Cette étape a pour but de cadrer le besoin. 

La solution la plus recommandée est d’intégrer la question “pourquoi” à chaque problématique. Vous renouvelez l’expérience cinq fois et normalement, vous devriez avoir votre cadre défini ! A la fin, la source du problème va apparaître.

Par exemple :

  1. Un besoin de créer une nouvelle application mobile se fait sentir. Pourquoi ?
  2. Parce qu’elle n’est pas actuelle. Pourquoi ?
  3. Car l’application est obsolète. Pourquoi ?
  4. Elle manque des fonctionnalités et n’est pas responsive (ne s’adapte pas à tous les écrans). Pourquoi ?
  5. Nous n’avions pas les ressources humaines nécessaires.

Avec cet exemple, nous savons que notre application n’a pas les fonctionnalités actuelles et nécessaires et n’est pas responsive ( (ne s’adapte pas à tous les écrans). Et qu’il manque peut-être les compétences nécessaires.

L'idéation

C’est la phase où tout est permis (ou presque) ! Les idées les plus folles sont de mises grâce à un cadre bienveillant et créatif. La petite astuce : vous pouvez créer des duos pour que les autres puissent s’exprimer plus librement (on pense aux timides notamment) ou demander à chacun de noter leurs idées au préalable.

Il faut également que tout le monde puisse participer sans forcément être influencé par les idées des autres. On connaît par exemple le “oh mon idée semble moins bien par rapport à Philippe”. A éviter ! 

Digital learning
Idéation réalisée par Matthieu Cossé pour les six ans de Nell & associés

Le prototypage

Pour cette étape, il est judicieux de prendre une idée développée et de créer un prototype pour la visualiser. Dans cette optique vous devez : ébaucher, maquetter, modéliser, construire et tester. C’est la phase expérimentale du projet qui va prendre peu à peu vie. A la fin de cette étape, l’équipe en charge du projet aura une meilleure vision des contraintes inhérentes au projet.

Les tests

Le “test and learn”, vous connaissez ? Le but est simple : vous testez et vous apprenez de vos erreurs. Si vous êtes dans une méthode agile, vous testez et au fur et à mesure vous apportez des solutions. Vous pouvez le faire par exemple lors du prototypage.

Ces tests doivent être rigoureux, ils permettent d’identifier le ou les problèmes et de les résoudre avant le déploiement à plus grande échelle.