Les avantages du blended learning par rapport à la formation en salle

Le blended learning, aussi appelé formation mixte ou hybride, est un modèle de formation qui combine apprentissage en présentiel et apprentissage à distance. Grâce au présentiel, l’apprenant bénéficie d’un cours traditionnel riche en interactions avec le formateur et les autres participants, et en parallèle de ces séances, il a accès à des contenus multimédias interactifs consultables depuis son terminal numérique. Les supports pédagogiques et les situations de travail, ainsi, sont particulièrement variés. Aujourd’hui, le blended learning est souvent privilégié par rapport à une formation uniquement présentielle. Voyons ensemble quels atouts permettent à cette modalité pédagogique de se démarquer !
nell_blended_learning

Flexibilité

Le principal avantage de la formation mixte par rapport à la formation en salle réside sans doute dans sa flexibilité. Si certains cours se tiennent à des dates et lieux précis, la partie digitale de la formation, à l’instar du e-learning, offre aux apprenants la possibilité de travailler en toute autonomie, quand et où ils le souhaitent. Une façon aussi de les rendre plus responsables et donc de les motiver. Cette flexibilité permet en outre de concilier la formation avec une activité professionnelle préexistante, par exemple dans le cadre d’une reconversion. Enfin, aucun rythme n’est imposé : les participants peuvent avancer à leur propre cadence et réviser autant que nécessaire ce qu’ils ont déjà étudié.

Alternance des supports et des méthodes

L’alternance des supports pédagogiques et des méthodes est un moyen efficace d’insuffler variété et dynamisme dans une formation qui devient une expérience unique pour les apprenants. Prémunis de la lassitude que pourrait entraîner une situation de routine, leur attention et leur motivation sont maintenus sur la durée et leur apprentissage est donc plus efficace. Pour des résultats optimaux, un dosage habile des méthodes hors ligne et en ligne est toutefois nécessaire.

Possibilité de personnalisation

Un des désavantages principaux de la formation en salle est qu’elle s’adresse au groupe dans sa globalité et ne prend pas en compte le niveau et les besoins en termes d’apprentissage de chaque individu. Le blended learning, au contraire, propose à l’apprenant une formule alignée sur son niveau : il peut jongler à sa guise avec les modules en faisant éventuellement l’impasse sur ceux dont il maîtrise déjà le contenu et en passant plus de temps sur ceux qu’il a davantage de difficultés à appréhender.

Des cours et des ressources à disposition

En cas de question, si l’apprenant a besoin de revenir sur des informations ou s’il souhaite élargir ses connaissances sur un sujet donné, il a la possibilité d’accéder, immédiatement et sans difficulté, à une multitude de contenus, d’exercices et de recommandations bibliographiques qui accompagnent ses cours en ligne. Nul besoin de posséder une imprimante ou d’enregistrement quel fichier que ce soit, car tout est stocké en ligne. Le participant peut par ailleurs échanger avec ses pairs ou avec le formateur via la plateforme en ligne qui héberge la partie numérique de sa formation.

Économies de budget

Le blended learning est moins onéreux à financer pour l’organisme ou l’entreprise qui le met en place qu’une formation présentielle. Cette dernière, en effet, représente un budget conséquent : il faut louer une salle, rémunérer le formateur pour chaque cours, rembourser, dans certains cas, les frais de déplacement et d’hébergement des différents protagonistes…

Ces contraintes sont largement réduites grâce à la partie numérique du bended learning qui nécessite moins de logistique et peu de ressources matérielles : un ordinateur avec une connexion internet suffisent. À noter également qu’une réelle économie peut, pour les mêmes raisons, être réalisée grâce à la digitalisation de certaines épreuves et soutenances.

Voici quelques conseils pratiques pour vous aider à intégrer des modules e-learning dans votre système. Si l’efficacité de ce modèle hybride n’est plus à démontrer, il peut sembler complexe de mettre en place une telle alternance. Par exemple, quelle place doit prendre l’e-learning ? Comment bien l’utiliser de façon à le rendre complémentaire des cours dispensés par un formateur ? Voici nos conseils pour une utilisation optimale du digital en formation mixte.

Trouver la bonne alternance présentiel – module e-learning

Une des premières étapes de création d’une formation mixte ou formation hybride consiste à déterminer quelles connaissances doivent être transmises directement par un formateur et lesquelles peuvent être confiées à l’apprenant via une plateforme d’apprentissage. L’idée est de trouver une forme d’équilibre qui permette aux participants de s’autonomiser au maximum et ainsi d’être acteurs de leur parcours, mais en même temps de leur offrir la possibilité d’un véritable échange régulier et en personne avec un formateur qui les aidera à ne pas décrocher.

En réalité, ce rythme dépend en grande partie du profil des apprenants et du type de contenus proposés. Cependant, on conseille en général d’utiliser l’e-learning d’une part pour offrir aux participants de quoi préparer les plages de travail en présentiel (qui seront alors plus productives) et d’autre part pour entrecouper les phases de cours magistral, principalement présentielles, pour maintenir l’attention des participants.

Exploiter au maximum les possibilités de l’outil digital (serious game ou e-learning)

Le grand avantage du e-learning par rapport à une formation classique dispensée par un formateur dans une salle est la possibilité de recourir à de nombreuses technologies qui favorisent un apprentissage ludique et diversifié. Les modules e-learning devront donc exploiter toutes les possibilités qu’offre le numérique pour stimuler au mieux les apprenants et multiplier les approches pédagogiques. On pourra ainsi y intégrer des vidéos (interactives ou non), du son, des quiz, mais aussi, pourquoi pas, des serious games (petits jeux à visée pédagogique) ou encore de la réalité virtuelle.

Enfin, la mise en place d’outils d’échange et de collaboration en ligne permettra au groupe de tisser des liens (paradoxalement parfois mieux qu’en présentiel !) et de mutualiser ses efforts.

Proposer des solutions de soutien à distance pendant les phase de e-learning

Le risque principal lié au distanciel est que les apprenants soient confrontés à des difficultés qu’ils ne parviennent pas à résoudre seuls et qui les bloquent dans leur avancée. Il faudra ainsi prévoir dans ses modules des solutions qui leur permettent de ne pas se retrouver démunis. D’une part, il est important que les apprenants puissent contacter, via la plateforme utilisée, leur formateur qui doit pouvoir leur apporter – et ce même pendant les phases de formation à distance – des réponses, des conseils et des informations additionnelles si nécessaire.

Par ailleurs, on conseille de mettre à disposition des participants des ressources numériques en ligne qu’ils pourront consulter s’ils rencontrent des difficultés. Cela leur permettra aussi d’approfondir les éléments du parcours qui les intéressent particulièrement ou qui sont susceptibles de leur servir.

Se servir des outils statistiques pour évaluer et améliorer l’ensemble de la formation blended

Les logiciels qui gèrent et accompagnent le processus d’apprentissage effectuent aujourd’hui des analyses statistiques qui se focalisent à la fois sur l’avancement des apprenants et sur leurs résultats. Cette solution permet de déterminer plus objectivement qu’en présentiel si les apprenants maîtrisent les connaissances visées et offre ainsi au formateur la possibilité d’adapter son intervention en présentiel.

À savoir que ces outils proposent aussi désormais, grâce au recoupement et à l’analyse de toutes les données recueilles, des actions correctrices et du soutien en ligne (exercices, tutorat, etc).

Ces articles pourraient vous intéresser